• Facebook Globe
  • YouTube Globe
  • Instagram Globe

NewsletterGirls

© 2017 - Les Plus Belles Girls

Membre de l'association Les Gays Randonneurs Nantais

la prévention

QUELQUES NUMÉROS UTILES

SIDA INFO SERVICE :
Tél.
0 800 840 800

www.sis-animation.org

HÉPATITES INFO SERVICE :
Tél.
0 800 845 800

SIDA INFO DROIT :
Tél.
0 810 636 636

CENTRE DE DÉPISATAGE ANONYME ET GRATUIT - NANTES

Tél. 02 40 08 31 19

Toujours roses...En janvier...

Texte tiré du calendrier 2008 édité par la Troupe des Plus Belles Girls en faveur de la lutte contre le sida


1991 :  Le couperet tombe, la sentence … on m’annonce que je suis séropositive.

Un remède, une voie de guérison, non, rien ! ou si, un groupe de paroles où l’on peut échanger, dédramatiser, voir que l’on peut faire un bout de chemin ensemble jusqu’à… J’ai 24 ans, déborde de vitalité, d’ailleurs je ne suis pas malade et vais continuer à mordre dans la vie à pleines dents.

Mais quelques années plus tard, mes défenses immunitaires diminuent. On me propose alors une bithérapie. Je vis mal le fait de prendre des médicaments qui vont me rendre malade alors que je ne le suis pas, mais déjà, c’est un progrès, on envisage un traitement. Les effets secondaires sont bien présents, mes joues se creusent, mon corps progressivement se transforme et j’ai l’impression de perdre 
ma féminité. Au bout de trois ans, on m’offre une fenêtre thérapeutique qui durera un an et demi, puis de nouveau, traitement, trithérapie.


Je décide de positiver, le traitement c’est mon cocktail vitaminé. Je le joins aux petits gestes de la vie quotidienne : le matin, entre le dentifrice et le mascara, le soir, toujours entre le dentifrice et… le lait démaquillant.
Je dédramatise, les équipes de soins sont efficaces et discrètes, mon médecin disponible et toujours à l’écoute. La recherche progresse à grands pas et permet de proposer des traitements adaptés à chacun.
Les effets secondaires s’estompent, je vais bien, j’ai un mari que j’aime, des amis, une famille, un travail et je me surprends petit à petit à assumer ma situation, ma vie,mais en plus à avoir envie de la donner. Eh oui, avoir un enfant, transmettre, échanger, aimer… Parcours de nouveau compliqué, puisque je ne dois pas contaminer mon mari.

Au bout de deux années, rien. Nous décidons de continuer à y croire et acceptons les lourds protocoles d’insémination et de F.I.V.. Les échecs se succèdent, espoir, désespoir, larmes, injustice, mais toujours cette envie d’y croire jusqu’au jour ou (5 ans après) le miracle se produit. Je suis femme et je vais devenir mère. Ce ciel plombé en permanence au-dessus de ma tête s’éclaircit enfin.

Le combat n’est jamais terminé, mais quel chemin parcouru depuis ce groupe de paroles où l’on ne faisait qu’échanger ses angoisses sur une fin de vie proche alors qu’aujourd’hui, cette même vie, je vais la transmettre.
C’est une certitude, je continuerai toujours à me battre car je sais que la vie n’a pas de prix. L’amour de soi et de son prochain est vraiment indissociable de mon cocktail vitaminé.


Marie Team,   24 ans,  jeune femme séropositive.

Jamais frivoles...En février...

Texte tiré du calendrier 2008 édité par la Troupe des Plus Belles Girls en faveur de la lutte contre le sida

Musique endiablée, battements des mains, des pieds, 
Le spectacle va commencer !

Pour moi, ce sera la sixième année
Depuis que j’ai découvert les PBG.
“ILS” deviennent “ELLES” le temps d’une soirée !

Rien que pour la transformation 
Ils méritent une ovation.
(Je me sens très concernée, je suis la maman de l’un d’entre “ELLES”)
Pendant un an, c’est la préparation :
Les costumes, les répétitions… Puis vient l’épilation !
Il ne fait pas les choses à moitié…
Mais le plus dur, c’est de trouver chaussure à son pied !
Quand on chausse du 43, des talons aiguilles 
Sont plus difficiles à trouver que des espadrilles !

Le stress monte, le rideau va se lever 
Sous le feu des projecteurs, les numéros vont s’enchaîner 
Des plus drôles aux plus cocasses
Parfois touchants, très efficaces…
Du plus jeune au plus vieux
Chacun d’entre eux toujours fait de son mieux
Dans l’ombre ou sur scène
Moi je me dis c’est très courageux !

Comme chaque année, la salle sera pleine
Mais il faut que chacun à jamais se souvienne
Le but de cette soirée n’est pas seulement de nous amuser
Mais beaucoup d’argent à récolter !
Pour que la lutte continue
Que le nombre de malades diminue
Ayez l’esprit ouvert !
Et surtout sortez couverts !


Thérèse,     Maman de l’un d’entre “ELLES”. 

Toujours curieuses...En mars...

Texte tiré du calendrier 2008 édité par la Troupe des Plus Belles Girls en faveur de la lutte contre le sida


Qu’en est-il de l’infection à VIH après 20 ans d’existence du virus et 10 ans de trithérapie ?

En 2006, 1233 patients ont été suivis au CISIH de NANTES. La file active ne cesse de croître : entre 2001 et 2006, on note une augmentation de près de 30% du nombre de patients suivis dont 22% co-infectés par une hépatite virale. Par ailleurs, le nombre de nouvelles séropositivités ne diminue toujours pas et représente, en moyenne, sur les 4 dernières années, 6% de la file active. Depuis 2003, la déclaration obligatoire de l’infection à VIH auprès de la DDASS nous permet de mieux analyser le profil de ces nouvelles découvertes et d’orienter les actions de prévention.

Parmi les 62 nouvelles découvertes de séropositivité au CISIH, en 2006, on constate que :
- Le plus grand nombre de contamination se retrouve dans la population hétérosexuelle (soit 45%),
- 56% des hommes (23 sur 41) se contaminent par voie homosexuelle, 
- Un quart des personnes infectées découvrent leur séropositivité à un stade avancé de la maladie,
- À NANTES, en 2006, la principale manifestation du SIDA reste la pneumocystose.

Sans jamais réussir à éliminer le virus, les traitements anti-rétroviraux ont permis l’amélioration considérable du pronostic de l’infection VIH. De ce fait, on remarque que l’ensemble des patients infectés par le VIH voit leur durée de survie augmenter – durée largement réduite pour les patients au stade SIDA. Ils sont donc confrontés aux mêmes problèmes de santé que la population générale (maladies cardiaques, rénales, neurologiques, cancers, maladies infectieuses) avec des risques accentués par leur immunodépression et/ou les traitements. L’analyse des causes de décès fait apparaître que les patients ne meurent plus seulement du SIDA, mais aussi d’autres pathologies, notamment de cancers non liés au VIH.

Aussi, la recherche ne concerne plus seulement le VIH et les hépatites mais doit s’orienter vers de nouvelles co-infections (comme VIH/tuberculose), l’étude des co-morbidités ainsi que les risques de survenue de ces pathologies. Devant ces évolutions, l’amélioration de la prise en charge passe par le dépistage précoce des nouvelles contaminations, une meilleure information de la population, un accès élargi au dépistage et le renforcement des messages de prévention.

La qualité de vie des personnes atteintes par le VIH est aujourd’hui possible avec les traitements modernes de plus en plus simples.


Christine Guerbois /  Dr Véronique Reliquet
Service "Infectiologie" du Professeur F. RAFFI - C.H.U. Nantes. 

Jamais tristes...En avril...

Texte tiré du calendrier 2008 édité par la Troupe des Plus Belles Girls en faveur de la lutte contre le sida


T - Tous les ans un rendez-vous d’émotions et de rires, pour lutter contre le virus.
O - Ovation pour un spectacle.
U - Union autour des plus belles girls.
J - Jamais plus jamais cette maladie.
O - Oh ! détresse quand elle se manifeste.
U - Une revue unique, joyeuse ces soirs là, la foule est en partage et heureuse.
R - Rêve dans vos costumes et parodies.
S - Soirs, grands soirs de bravos et feux d’artifice dans la salle.


J - Je me fais messagère de cœur chaque année pour colporter la bonne nouvelle.
A - Avec enthousiasme, être toujours plus nombreux, mettre la main à nos escarcelles.
M - Maladie d’amour, à mort.
A - Artistes et spectateurs dans la même envie,vaincre la maladie.
I - Imaginer, rêver, lutter contre elle, avec générosité.
S - Sida, on te vaincra, sérénité et liberté retrouvées


Christiane Douaud   Fidèle spectatrice de la Revue annuelle des Plus Belles Girls
 

Toujours cultes...En mai...

Texte tiré du calendrier 2008 édité par la Troupe des Plus Belles Girls en faveur de la lutte contre le sida


Chers amis nantais,
Chers “tontons”, comme, toujours, on dit en Afrique quand on s’adresse à ses bienfaiteurs,

Mon nom est : Jean-Louis. Je vous écris de Koudougou, 3° ville du Burkina Faso, petit pays coincé entre le Mali et le Niger, qui s’appelait autrefois la Haute Volta.
Quand j’ai appris ma séropositivité, je me suis adressé à l’ADIP/S. Cette association s’occupait alors de développement rural. Mais elle avait vite constaté que les populations paysannes, largement affaiblies par l’épidémie, n’étaient plus en mesure d’assurer la production agricole nécessaire à leur subsistance. Elle avait donc changé de cible, comprenant que le VIH était son véritable ennemi, et qu’aucun développement durable ne serait jamais envisageable tant qu’il n’aurait pas été contenu ou vaincu.

Mais comment inciter une population à se protéger contre une maladie qui n’avait pas de visage et que les Africains, par dérision, nommaient “Syndrome Imaginaire pour Décourager l’Amour” ? Ma première tâche fut donc de témoigner à visage découvert de la réalité de MA maladie.

Ce témoignage eut un effet bénéfique et nous pûmes commencer à parler de prévention auprès de publics bien ciblés : jeunes, femmes, prostituées, routiers…J’étais de toutes les réunions. Mais il n’y a de prévention efficace que si elle débouche sur un dépistage. Nous disposions de tests et d’un personnel formé pour les pratiquer et annoncer les résultats. Mais comment inciter les personnes à se faire dépister si, à l’issue d’un résultat positif (et ils risquaient d’être nombreux), nous n’avions aucun traitement à leur proposer ?

Il fallait que nous disposions au minimum de quelques médicaments pour soigner les maladies opportunistes et permettre aux personnes concernées d’attendre l’arrivée des trithérapies qu’on disait imminente en Afrique. Et c’est grâce à vous et à vos dons renouvelés, chers amis, que cette “pharmacie communautaire” entièrement gratuite et gérée par des bénévoles a vu le jour. 150 malades en bénéficient, dont moi-même. Ayant retrouvé des forces et le goût de s’investir, ils consacrent du temps à des “petits boulots” dont les revenus alimentent à leur tour les caisses de l’association.

Au nom de ces femmes, de ces hommes, de ces enfants dont beaucoup sont orphelins, je voudrais vous dire notre immense gratitude. 


Jean-Louis  Bénévole à l’ADIP/S, une des Associations bénéficiaires des dons.

Jamais délurées...En juin...

Texte tiré du calendrier 2008 édité par la Troupe des Plus Belles Girls en faveur de la lutte contre le sida


Au décès de mon mari, j’ai appris ma séropositivité; cela fut encore une terrible épreuve à surmonter après le décès de mon enfant dix-sept ans plus tôt de la leucémie.

Depuis quinze ans, je me bats tous les jours et je garde toujours le moral et beaucoup d’espoir pour vivre encore très longtemps.

Je vis très normalement, j’ai un moral d’acier.
J’ai toujours travaillé, jusqu’à la retraite et mon but maintenant c’est de profiter de la vie, voir mes petits enfants grandir et faire des voyages, j’ai déjà beaucoup voyagé depuis 14 ans.

Je vous l’avoue, ce n’est pas facile tous les jours mais jamais je n’ai baissé les bras; j’ai eu de la chance d’être soutenue par mes enfants et d’être suivie par des médecins et des infirmières formidables qui vous écoutent quand le moral n’est pas là.

Je suis en trithérapie, tout va très bien et je supporte bien les traitements.

J’espère que cela va durer le plus longtemps possible car j’ai encore beaucoup de choses à voir et à faire.

Dans la vie, il faut se battre tous les jours et profiter des moments qui passent.
Garder le sourire et avoir de la volonté.


Chantal   62 ans, retraitée, séropositive.

Toujours au combat...En juillet...

Texte tiré du calendrier 2008 édité par la Troupe des Plus Belles Girls en faveur de la lutte contre le sida

 

Depuis 17 ans, l’association SIDA INFO SERVICE vous écoute, vous informe, vous oriente et vous soutient. 

Ces appels, passés par des séropositifs, des séronégatifs, des personnes qui s’interrogent sur leurs pratiques sexuelles, ou encore qui veulent obtenir des informations, témoignent de la lutte contre le Sida aujourd’hui.

“Il paraît qu’on peut faire un test gratuitement et sans donner son nom… Mais où ?”.
“Quand on a la syphilis, ça se voit toujours ?”.
“Le sida se transmet aussi par un cunnilingus ?”.
Sida Info Service 

“J’ai fait un tatouage il y a 6 mois, est-ce qu’un test de dépistage de l’hépatite C sera fiable à 6 mois ?”.
“On m’a parlé d’un traitement par bithérapie, est ce que c’est dur ? La maladie va-t-elle transformer ma vie ?”.
Hépatites Info Service 

“M. souffre de plus en plus de la séparation qui se produit avec son compagnon qui s’enferme dans son monde : médicaments, douleurs…”.
Ligne de vie 

“Est-ce que c’est normal que je sois attiré par les hommes ?”.
Ligne Azur 

“On voudrait adopter mon ami et moi. Nous sommes tous les deux séropositifs mais bien portants. À votre avis, est ce qu’on a une chance d’aboutir, et faut-il le dire ou non ?”.
Sida Info Droit 

“J’ai une hépatite C et j’ai été traité. J’ai un ARN négatif. J’ai besoin de faire un prêt professionnel sur 12 ans. J’ai entendu parler de la convention Belorgey mais les surprimes sont considérables”.
Droit des Malades Info 

Forte de son expérience de terrain, la Délégation régionale Centre-Ouest de SIDA INFO SERVICE, basée à Nantes, continue son travail de prévention auprès de tous les publics. Ainsi, depuis plusieurs années, nous sommes présents aux côtés des Plus Belles Girls lors des spectacles, pour informer le public. Que cette troupe soit ici remerciée pour son engagement dans la lutte.

C’est en ayant conscience que les besoins n’ont jamais été aussi grands, que SIDA INFO SERVICE sera toujours à l’écoute de ceux et celles qui en ont besoin.


Fabrice Guyard  Délégué régional de Sida Info Service. 

Jamais sages...En août...

Texte tiré du calendrier 2008 édité par la Troupe des Plus Belles Girls en faveur de la lutte contre le sida

 

Il y a un an et demi, j’arrivais de la capitale pour un retour aux sources !

En arrivant à Nantes, je me suis renseigné sur la vie locale. J’ai eu la chance de tomber sur un collègue “averti”! La première chose qu’il m’a conseillé était de voir le “show” des Plus Belles Girls. Intrigué par son enthousiasme, j’ai donc décidé d’assister au spectacle. 

Je n’ai pas été déçu ! Bien au contraire, j’ai tout de suite eu envie d’intégrer la troupe. J’ai aimé le côté festif et léger ! Comme beaucoup de gays, je suis sensible aux strass et aux paillettes ! On ne se refait pas !

Je crois qu’il peut y avoir de la profondeur sous la superficialité. De l’émotion, de l’humanité ! Il me semble également sain d’être capable de prendre de la distance avec le quotidien, de le tourner en dérision. C’est pourquoi, J’ai eu envie de participer à la création d’un spectacle au sein de ce groupe hétérogène, capable d’intégrer des jeunes, des “moins jeunes” (je ne citerai pas de nom !) et même des femmes ! 

Néanmoins, la dimension festive n’a pas été ma seule motivation. Le fait que ce soit pour “la bonne cause” était déterminant pour moi. 

J’ai quarante ans. J’ai connu le début de l’épidémie de SIDA. J’ai été volontaire au sein d’AIDES, soignant dans un service d’infectiologie au plus fort de l’épidémie. J’ai aussi connu le soulagement lié à l’arrivée de la trithérapie. J’ai, à un moment donné, cru que le plus dur était fait et que cela suffisait. J’avais aussi besoin de passer à autre chose, d’oublier. Ne pas laisser le virus envahir ma vie. 

Cependant, je crois que nous sommes nombreux à avoir baissé la garde. Le spectacle des PBG a la vertu de nous obliger à ne jamais oublier tout en étant un moment de partage et de joie !

Cela m’a incité à me remobiliser dans la lutte contre le SIDA, pour le soutien de la recherche et de ceux qui sont touchés ! Ne jamais baisser les bras ! Rester toujours aussi vigilant et pugnace ! Lutter contre l’indifférence ! Faire un pied de nez à ce foutu virus, en jouant la comédie,en chantant, en dansant, en étant vivant à 200 % ! 


Patrick “Une petite nouvelle” dans la Revue 2007

Toujours coquines...En septembre...

Texte tiré du calendrier 2008 édité par la Troupe des Plus Belles Girls en faveur de la lutte contre le sida

 

A la délégation de Aides en Vendée, on me considère un peu comme un “dinosaure”.

Jamais, quand j’en ai poussé la porte en 1988, je ne pensais que mon “volontariat” durerait si longtemps. A l’époque, on cherchait des bénévoles pour assurer une ou deux fois par semaine une permanence d’accueil. Je m’imaginais “standardiste”, prenant des rendez-vous, informant sur les activités de l’association.

Je compris vite qu’il en allait tout autrement. Au début, les appels concernaient les modes de contamination, les risques pris. Il y avait beaucoup de doutes, d’angoisses qu’il fallait calmer, raisonner. Cela m’amenait, sous le couvert de l’anonymat et de la confidentialité, à partager avec mes interlocuteurs une part secrète et douloureuse de leur intimité, à entendre des confidences qu’ils n’avaient jamais faites à personne.

Puis vinrent les premières personnes concernées. Et je vécus avec elles les affres de la découverte de leur séropositivité, les interrogations sur l’opportunité de mettre en route un traitement, les difficultés d’observance, le calvaire des effets secondaires mal supportés, la difficulté de parler de sa maladie à ses proches (collègues, amis,famille, conjoint(e) parfois).

Maintenant, les traitements offrant de meilleures perspectives de vie, les problématiques ont changé : comment retrouver du travail, comment contracter un prêt pour l’achat d’une voiture, comment vivre une relation durable et épanouie avec son (sa) partenaire, comment mener à bien une grossesse ?

Certaines des personnes que j’ai connues il y a presque 20 ans sont toujours là, fidèles à leur rendez-vous hebdomadaire avec l’association. On pourrait penser que nous nous sommes tout dit, et, d’ailleurs, bien souvent les conversations portent beaucoup plus sur l’actualité que sur la maladie, et pourraient tout aussi bien se tenir au “café du commerce”. Sauf qu’en aucun autre endroit qu’à Aides, ces personnes ne se sentiraient accueillies, respectées et prises en compte dans toute leur identitédont la maladie et son vécu sont une part importante, même si elle n’est pas dite. 

Et puis, ces anciens et ces anciennes sont porteurs d’une incomparable expérience qu’ils partagent avec les nouveaux, ce qui profite à tous. C’est cette humanité etce partage qui m’ont retenu si longtemps à Aides.


Michel  Volontaire de la délégation AIDES de Vendée

Jamais à "l'Ouest"...En octobre...

Texte tiré du calendrier 2008 édité par la Troupe des Plus Belles Girls en faveur de la lutte contre le sida

 

Les homosexuels touchés par le VIH se retrouvent toujours confrontés à deux discriminations, en tant qu’homosexuel et en tant que séropositif.

Les associations LGBT ont toujours mené le combat contre les discriminations envers les homosexuels et la reconnaissance de leurs droits. 
Les mentalités ont évoluées, la loi a suivi. Des personnalités publiques ont fait part de leur orientation sexuelle sans manifestation hostile à leur égard. Vivre son homosexualité est aujourd’hui possible, beaucoup plus qu’il y a une trentaine d’années. 
Le vivre ouvertement reste cependant trop souvent difficile. Au travail, en famille, dans son quotidien, la vie de l’homosexuel “lambda” reste plein de secrets, de non-dits, de compromis afin d’éviter d’en parler. La norme hétérosexuelle reste extrêmement forte et prégnante : elle est toujours là. Les situations sont encore plus graves lorsque l’on se trouve confronté à une homophobie déclarée : plaisanteries de mauvais goût, quolibets, voire insultes. Les violences physiques, voire des meurtres, font malheureusement aussi l’actualité des journaux.
Rêvons un peu : plus jamais ça ! 

Pour les personnes touchées par le VIH, le quotidien est toujours contraignant : prises de médicaments, visites chez le médecin ou à l’hôpital, inquiétudes pour sa santé, états dépressifs. Les nouveaux traitements ont permis d’améliorer grandement cette situation pour nombre de malades. Mais on sait que cela n’est qu’un sursis : le virus est toujours là. Des résistances peuvent apparaître et obliger à prendre des médicaments entraînant des effets secondaires difficilement supportables. 
Face à cette situation, un séropositif doit donc rester vigilant pour sa santé, et faire avec ! Le plus difficile est sûrement de pouvoir en parler : à qui ? comment ? Un accompagnement psychologique avec des professionnels psychologues, psychiatres, peut s’avérer précieux. 
En dehors du milieu médical un entourage proche et de confiance est indispensable pour exprimer cette parole. Mais au-delà, la société en général accepte difficilement les malades : il y a une injonction de bonne santé. Etre séropositif c’est être malade et séropositif (!), cela est difficilement supportable pour les personnes touchées par le virus. 
La participation des stars de la politique, du showbiz, du milieu sportif dans les récentes campagnes de AIDES est un geste très fort pour lutter contre le rejet des séropositifs : espérons que leur message sera entendu.
Lutter contre cette discrimination est un impératif social. 
Rêvons un peu : plus jamais ça ! 


Pierre-Yves  Président du C.L.G.N.A. (Centre Lesbien et Gay Nantes Atlantique)

Toujours présentes...En novembre...

Texte tiré du calendrier 2008 édité par la Troupe des Plus Belles Girls en faveur de la lutte contre le sida

 

Un jour de randonnée, pour fêter l’anniversaire de deux copains, j’ai mis sur pied un spectacle transformiste avec d’autres randonneurs et cela a beaucoup plu. Sans le savoir, je “mettais au monde” les “Plus Belles Girls”.

L’année suivante, je mis en place un nouveau spectacle sur Nantes : salle Paul Fort (250 places) ; nous avions fait le plein. Quel trac pour moi et mes amis : nous n’étions sur scène que 3 solistes et 2 boys. Je faisais a l’époque jusqu'à treize numéros : quelle course, mais quel plaisir ! Il nous fallait 5 à 6 minutes pour nous changer, mais c’était un bonheur car le public était très réceptif à nos personnages. Nous attendaient dans nos loges fleurs et chocolats.

A l’époque, mon nom de scène était “LA MARCELLINA”, il me suivit plusieurs années. Puis d’autres personnes sont venues se joindre à nous, avec toujours le même bonheur.
Deux ans après nos débuts, malade (39°de fièvre), je n’ai pu participer à la répétition générale, mais j’ai assumé le spectacle jusqu’à la fin : jamais je n’aurais manqué cela. Cette soirée fut un triomphe : le public debout, lançant des roses sur scène ! J’en ai pleuré de joie !
Puis la troupe s’agrandit : metteurs en scène, maquilleurs, chorégraphes, nouveaux “artistes”… et, salle plus grande, plus de spectateurs… de la folie ! Nous étions meilleurs à chaque représentation… sensations de bonheur et de joie !
D’une représentation, nous sommes passés à deux. Quel travail, mais quel plaisir… que de bons moments… plumes… strass !
Puis, d’autres personnes sont venues s’ajouter à l’équipe : d’autres talents, d’autres personnalités. Puis ce fut les promotions dans des bars et discothèques de Rennes, La Roche-sur-Yon et bien sûr, Nantes.

Aujourd’hui, nous sommes une vingtaine dans la troupe, avec le même bonheur et la même envie : vous satisfaire et vous donner du plaisir.
Tous ensemble et pour la même cause, nous sommes arrivés à produire trois spectacles depuis 4 ans. Depuis 3 ans, je me suis mis aux dialogues et j’adore cela, communiquer avec mes comparses et avec vous, public.
L’année 2007 va se terminer. Ensemble, nous allons passer de merveilleux moments : le plaisir de vous recevoir avant le spectacle, de converser avec vous pendant l’entracte, boire un verre, prendre des photos, puis ensuite, le démaquillage, le rangement des costumes, et… retour pendant un jour ou deux à la solitude. 

Pourquoi je fais tout ça ? Pour vous les mecs (Pascal, Hervé, Dominique) et bien d’autres…

Après chaque spectacle, nous nous retrouvons pour visionner la vidéo de celui-ci autour d’un buffet, échanger rires, critiques, sur ce spectacle passé. Et nous nous retrouvons, en mars de l’année suivante, pour un nouveau spectacle : choix du sujet, du titre, des numéros… et tout est reparti ! J’ai, quelquefois, des moments de doute sur ma présence encore dans la troupe car ce qui fût mon bébé va sur ses 17 ans d’existence, le voilà ado mais, si je m’arrêtais, vous me manqueriez, vous, gens de la troupe et bien sûr le public car nous sommes ensemble pour longtemps et pour toujours avec mon amour.


Marcello  Un des fondateurs de la Revue transformiste des Plus Belles Girls

Jamais fatiguées...En décembre...

Texte tiré du calendrier 2008 édité par la Troupe des Plus Belles Girls en faveur de la lutte contre le sida

 

Je partage ma vie depuis huit ans avec mon ami. Nous sommes pacsés.

J’ai découvert que j’étais séropositif en 1991 au moment où je partageais ma vie avec mon premier ami qui était séropositif mais ne me l’avait pas dit. Nous nous étions rencontrés en 1990 et avions décidé de vivre ensemble. Après trois mois de rapports protégés, nous avons passé un test, chacun de notre côté. Le mien était négatif. Il m’a dit que le sien l’était aussi. En réalité, il était positif et il ne m’a pas prévenu. Je n’ai découvert sa séropositivité que lorsqu’il a été hospitalisé. J’ai appris alors que j’étais aussi contaminé. J’étais sous le coup, mais je n’ai pensé qu’à lui qui n’allait pas bien. J’étais amoureux. J’ai toujours regardé l’amour comme le sentiment suprême par excellence. Il y avait cet amour très fort entre nous qui a occulté tout le reste.

Plusieurs années après son décès, j’ai rencontré mon ami actuel. Je me suis dit que je n’avais pas le droit de lui cacher que j’étais séropositif . C’était difficile, j’avais peur de le perdre à jamais. Et puis, j’ai tout déballé. Il m’a souri avant de me lancer : “J’avais la même chose à te dire”. J’ai préféré prendre le risque de le perdre plutôt que de ne pas lui dire. Je ne pouvais pas faire autrement que d’être honnête. J’étais amoureux. Si je voulais construire quelque chose de durable, il fallait en passer par là.

Médicalement, j’ai toujours été suivi. En 2005, au vu de mes résultats, le médecin m’a accordé des vacances thérapeutiques, plus de traitements pendant quelques mois. Ce fut une renaissance corporelle ! Un tel bien-être ! Un tel sentiment de liberté ! Puis, j’ai commencé à avoir des symptômes graves : leucoencéphalopathie progressive, ma voix se modifiait, ma vue se troublait,la maladie fatale à mon premier ami. Six mois de rééducation m’ont réappris à marcher, à parler. Mes T4 sont remontés. En devenant séropo, on apprend à connaître son corps. On sent comment il réagit ; Le VIH n’est évidemment pas une question taboue entre mon ami et moi, mais notre vie quotidienne n’est pas pour autant axée sur les médocs et les heures de prises.

De mon côté, j’attends d’avoir repassé la barre des 500 T4 pour faire péter une bouteille de champagne.


Thierry 43 ans
Extraits d’un témoignage. Etats généraux des gays touchés par le VIH/SIDA.
AIDES 2006

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now